San Pedro de Atacama : merveille du monde naturel

De Santiago, nous nous offrons le luxe d’un vol pour Calama, au Nord-est du Chili. Destination finale : San Pedro de Atacama, petit village au milieu du désert le plus aride du monde. Planté à 2440 mètres d’altitude, San Pedro de Atacama n’a pas toujours bonne publicité : le village ressemble à un village spécial touristes, tout droit sorti d’un club de vacances, avec ses agences de voyage jouxtant des restaurants, voisins des boutiques de souvenirs, elles-mêmes intercalées entre les hôtels. Ici, sûr que les Atacamènes ne résident pas… Seule authenticité : l’architecture du village. Des maisons basses, murs en adobe, rues en terre. C’est joli. Et la petite église de la place du village est adorable.

 

 

Bon, on savait qu’on ne tomberait pas dans le Chili pur cru en venant ici… Néanmoins, impossible de venir au Chili sans passer par le désert de l’Atacama. Alors, on tente d’oublier un peu le piège à touristes, on loue notre petite (grosse) voiture (pas vraiment le choix sur ce coup-là, sinon, on doit forcément passer par des tours opérateurs qui nous facturent des sommes invraisemblables pour 4…) et on prépare notre programme de visites. Parce qu’aux alentours, il y en a, des choses à voir. Probablement les paysages les plus incroyables qu’on ait vus jusqu’à présent. Chaque jour est une nouvelle merveille…

Nous avons démarré notre petit circuit par la Valle del Arco Iris, ou Vallée Arc-en-Ciel (60 km de San Pedro de Atacama). Nous sommes à 3500 mètres et au moindre effort, nous soufflons comme des boeufs ! Pourtant, ici, cette altitude passe inaperçue : rien d’exceptionnel… ! On développe nos globules rouges ! 😉

Cette première visite nous laisse sous le charme. Un canyon désertique aux falaises colorées de mille teintes. Chaque nouveau coup d’oeil nous subjugue. Et ce n’est que le début… ! En plus, pratiquement aucun touriste ici… Le bonheur pour nous !

La suite de notre expédition dans le secteur d’Arco Iris se poursuit avec la visite du site de pétroglyphes Hierbas Buenas. Nous sommes sortis du canyon et avons retrouvé un peu de végétation. L’endroit était sans doute un lieu de passage de caravanes transhumant entre les villages de l’ouest (Calama et peut-être la côte) et le secteur de San Pedro. Certains pétroglyphes dateraient de 1500 avant Jésus-Christ, d’autres seraient beaucoup plus récents. Il est dommage que le site manque d’explications, mais la balade vaut la peine et nous avons pris plaisir à cette visite.

Nous avons continué notre première journée dans la région en nous rendant sur l’un des sites les plus touristiques : la Valle de la Luna. C’est le site le plus proche de SPA, 5 kilomètres. Beaucoup de monde. Superbe, c’est vrai, mais après la solitude d’Arco Iris, on peine à s’adapter aux groupes qui envahissent le site. Ici, le paysage est littéralement lunaire (elle porte bien son nom, cette vallée ! 😆), on s’émerveille devant un mur de roche (« l’amphithéâtre »), on se glisse entre les parois de superbes cavernes, on déambule dans l’ancienne mine de sel et ses machines General Motors d’un autre temps (manque d’explication tout de même), et on découvre également une grande dune de sable. Surprenant ! Bon, par contre, on ne conseille pas forcément le coucher de soleil en haut de la dune : côté romantisme, on repassera, avec les autres centaines de touristes !

Fin de nos premières visites. Des images plein la tête, plein les yeux. Eblouis par cette nature, aride, dure, mais tellement belle.

 

Pour cette nouvelle journée dans l’Atacama, direction l’Altiplano. Beaucoup de kilomètres à parcourir, puisque l’on se rend à plus de 130 kilomètres de SPA. On met notre corps à l’épreuve également car nous montons tranquillement à plus de 4000 mètres. Et dire qu’en France, c’est presque la hauteur du Mont Blanc (bon, ok, à 807 mètres près… 😉). Les maux de tête apparaissent, ainsi qu’une sensation de fatigue et d’essoufflement. Autour de nous, le paysage a complètement changé : des plaines à la végétation rase, jaunie et par-ci par-là des vigognes qui paissent paisiblement. On aperçoit même un nandu (sorte d’autruche des Andes) ! On n’en verra qu’un et un seul…

Autour de nous, la plaine et les volcans qui dominent le paysage. Ils montent à plus de 5800 mètres, c’est presque une norme dans la région ! Nous allons de lagunes en lagunes, couleur turquoise, magnifiques. La vue est à couper le souffle (déjà qu’on l’a court avec l’altitude… 😆). Nous montons jusqu’aux lagunas Miscanti et Miniques mais là, c’est trop pour moi. Mon corps ne résiste pas aux 4120 mètres. Le mal des montagnes me gagne. Nous redescendons.

 

Pour clore cette journée, nous nous rendons à la laguna de Chaxa, au milieu du Salar de l’Atacama. Le mal des montagnes s’est progressivement estompé en redescendant. Nous ne sommes plus qu’à 2300 mètres d’altitude. Là, le paysage est encore totalement différent de tout ce que l’on a vu. Etendue blanche à perte de vue (du sel), et, au milieu une immense lagune peuplée de flamands roses et autres oiseaux. Superbe ! On en profite pour apprendre qu’il existe ici trois sortes de flamands roses : les flamands chiliens, les flamands de James et les flamands andins. Les différences sont relativement tenues et avouons : malgré notre observation méticuleuse, on n’a pas réussi à repérer qui était quoi sur la lagune !

 

Pour terminer nos explorations du désert de l’Atacama, il nous restait un site fameux à visiter. Réveil donc à 5h30 car nous avons de la route (encore plus de 90 kilomètres). Direction les geysers de El Tatio. Un lieu qui concentre une quarantaine de geysers (on dit que ce serait près de 11% des geysers de la planète). Ce site se visite à l’aube, lorsque la température extérieure est basse et le différentiel avec la termpérature de la terre important. Plus il fait froid dehors, plus les geysers risquent d’être impressionnants. Après le lever du soleil, les geysers deviennent des colonnes de fumée et le site est bien moins impressionnant. Nous arrivons donc un peu avant l’aube, après avoir suivi à la queue leu leu sur la route les nombreux minibus des agences de tourisme… Dès que le jour se lève, le spectacle qui se présente devant nos yeux est subjugant. Des colonnes de fumée, des bouillonnements, des couleurs incroyables (jaune, orange, vert), et ce, sur plusieurs kilomètres. Magique ! On a l’impression d’être une souris dans un laboratoire d’apprenti sorcier ! Bon, les souris, elles, ne passeraient pas inaperçues car arnachées de tous leurs vêtements (5 couches en haut, 3 pantalons, 3 paires de chaussettes, bonnet, gants…) ! Il fait un froid de canard à 4320 mètres d’altitude, sans le soleil… On doit frôler les températures négatives.

Alors, pour nous remettre de nos émotions, une fois les geysers diminués, nous nous dirigeons vers les « thermes ». Qui dit geysers dit intense activité géologique et un petit bassin a été aménagé pour les courageux (comme nous 😆) qui voudrait barbotter dans les eaux légèrement souffrées mais chaudes. Nous voilà donc en maillot de bain, débarassés de nos multiples couches, bravant la température extérieure pour nous jeter dans l’eau ! Ah…

 

Voilà, après presque une semaine passée à SPA, nous allons bientôt poursuivre notre route dans les hauteurs andines. Une après-midi à cheval, de bons moments avec nos Grands Suisses retrouvés ici, un peu de travail ou une soirée observation des étoiles (on révise les constellations découvertes au MIM de Santiago !) et il est temps pour nous de quitter le Chili. Déjà ?! Et oui, on aura seulement effleuré ce grand, cet immense pays. C’est sûr, nous reviendrons. On dit ça pour tous les pays…? Pas forcément. Mais, Chili, promis, on repassera ! 😘

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s